Le fiasco continue

*

sous le "contrôle" des énarques

 Un article du Figaro du 27/01/2016 fait le rappel de cinq fiascos d'entreprises publiques qui ont coûté cher au contribuable :

  • Air France : 4,2 milliards d'euros pour recapitaliser l'entreprise
  • Dexia : l’État a dépensé 6,6 milliards d'euros pour le sauvetage entre 2008 et 2012
  • Crédit immobilier de France : disparition après 30 milliards d'euros d'emprunts
  • Crédit Lyonnais : La quasi faillite de la banque aura coûté 19,8 milliards d'euros.
  • Le Gan : la compagnie d'assurance aura coûté 5 980 millions d'euros au contribuable

 A ces chiffres s'ajoute un besoin de 5 milliards d'euros supplémentaires pour recapitaliser Areva.

 A la SNCF, la Poste, EDF, l’État comble souvent le déficit. D'énormes progrès restent à faire pour changer d'économie et décharger le contribuable.

*

Si les entreprises publiques avaient été gérées

dans un réel souci d'intérêt général,

la France qui emprunte aurait fait

de grandes économies.

.

oOo