Souvent parole varie

*

A Roanne, quel sens faut-il donner aux engagements de l'élue ?

  •  Rappel

Le 31mars 2010 venividipolitis publiait :

" Après deux ans de mandat, Laure Déroche a souhaité faire le bilan de l'année 2009 et présenter ce qui doit être entrepris en 2010.

En réunion publique du 31/03/2010, tandis que des adjoints et conseillers étaient retenus par ailleurs, quelques-uns ont souhaité revenir sur les engagements de campagne pour rappeler leur souhait de mener une politique conforme à leur déclaration de 2008.

De façon marginale dans le débat ouvert, il était naturel de rappeler les mots de Jean-luc Pailhe, Co-président du comité de soutien de Laure Déroche : " Laure Déroche n'est pas une femme de discours, c'est beaucoup mieux, c'est une femme de parole...", cela fut donc fait.

La candidate à la mairie avait alors déclaré : "Je veux être un maire disponible, à plein temps, car le cumul des mandats ou des fonctions éloigne trop les élus de la population.La question, dans ces conditions, fut naturellement posée au premier magistrat de la ville de savoir si elle pouvait confirmer aujourd'hui sa déclaration d'hier.
Curieusement, madame la maire devait répondre que le non-cumul concernait les élections législatives alors que dans sa déclaration de 2008 elle ajoutait : " c'est pour cela que j'ai choisi de ne pas postuler à la présidence de Grand Roanne " .

Avec une confusion des temps qui se conjugue mal avec le futur des cantonales la réponse fut ainsi esquivée.  C'est le métier qui rentre dirait-on, de manière triviale !

Les militants, qui savent aujourd'hui que le non respect des engagements pris peut discréditer un parti et compromettre son avenir, prendront-ils le risque, dans le Roannais, de courir dans une impasse ? "

  •  Commentaires 

La candidature non exclue de Laure Déroche aux cantonales (que laissait prévoir l'installation d'un chalet de débit de lait devant la mairie et un sourire esquissé en réponse à cette remarque), n'a pas été suivie d'effet puisque le conseiller sortant a candidaté à sa propre succession. Mauvais point pour madame la maire, le succès d'Alain Guillemant n'a pas été attaché à l'action municipale de Laure Déroche comme elle voulait le laisser entendre.

Avec une volonté farouche de cumuler, Madame la maire s'est ravisée, sans vergogne et faisant fi de ses déclarations d'hier, elle est bien, aujourd'hui, candidate aux législatives !

En dépi des remous que cela suscite à l'intérieur de son parti comme dans sa majorité municipale et au-delà, par cette prise de position, l'opportunisme qu'elle exploite admirablement lui permet d'être à l'affiche mais sans promesse de parvenir au but.

Prétendre faire une campagne d'idées après tant de revirements brouille incontestablement le message et s'avère peu crédible.   Des textes bien rédigés ne suffiront pas à convaincre et le refus d'une confrontation avec des adversaires déclarés ou potentiels s'assimilera à un manque d'assurance, voire même à une certaine incompétence à défendre un projet. 

Dans cet avenir très incertain, comme celle d'une starlette, l'affiche de la candidate risque de retomber rapidement des panneaux électoraux.

*

Un candidat aux législatives devrait savoir assurer son avenir par une reconversion possible dans la société civile.

La politique n'est pas un métier !

 .

oOo